14h00

A peine arrivée et installée dans la salle de travail, on me fait la péridurale. Seulement, voilà, au bout de 10 minutes, je ne sens plus du tout ma jambe gauche et je continue à sentir toutes les contractions. Je n'en manque pas une miette.

Ça fait bien un moment que je suis dans la salle de travail. On m'a expliqué comment ça allait se passer. On m'a branché le monitoring et impossible de capter le coeur de J2 correctement. J2 n'arrête pas de bouger (c'est signe que ça travaille).

Mais seulement, là, j'aimerais bien avoir une péridurale qui marche ! Les contractions toutes les minutes, je sais gérer (merci la préparation) mais au bout d'un moment, je n'arrive pas à récupérer.
Le pouce de mon chéri, présent depuis le début va devenir bleu à force. Il a même enlevé son alliance qui lui sciait les doigts.

Dans le couloir j'entends une femme arriver pour accoucher elle aussi. Au bout de même pas 10 minutes je l'entends hurler (mais le mot n'est vraiment pas assez fort). Des hurlements horribles. On devait l'entendre dans tout l'hôpital ! On m'explique gentiment que c'est normal, que le col s'est ouvert très rapidement et qu'elle n'a pas eu le temps d'avoir la péridurale.

Non mais là ça ne me rassure pas Madame ! Moi la péridurale je l'ai eu, mais je sens toujours tout. Je ne veux pas avoir à crier pareillement. En connaissant mon seuil de douleur je sais que si je crie comme ça, c'est que je vais avoir très très mal.

L'anesthésiste revient me faire une injection. Bingo : tout dans la jambe gauche. On pourrait m'amputer cette jambe que je ne sentirais rien. Mais dans le bide là, je le sens comme il faut.

Je commence à paniquer sérieusement... il va falloir que je me concentre davantage.

18h00

Ce n'est qu'à la relève des médecins qu'un autre anesthésiste constate que c'est piqué à côté et que je ne risquais pas d'être soulagée. Il arrache tout et repique en sifflant Indiana Jones: "tatata tatata".

Et ça marche !

Je pique du nez...