Les vacances : voici venu le temps de dresser le bilan de ce début d'année scolaire.

A l'école, les filles marchent plutôt bien et ont soif d'apprendre. Elles veulent tout faire. L'heure de la sieste : une catastrophe, puisque pendant qu'elles dorment les autres enfants (qui ne font pas de sieste) font des activités qu'elles s'empressent de rattraper au réveil. Mais avec beaucoup d'empressement. Comme le dit la maîtresse, elles travaillent beaucoup mais ce n'est pas forcément soigné.
Elles sont curieuses et volontaires. Elles ont été "embauchées" par la maîtresse pour se joindre au groupe de "soutien" de la classe pour aider les autres enfants à prendre la parole et améliorer leur langage. Dois-je comprendre que ce sont des pipelettes ? Ça ne m'étonne pas. Des vrais moulins à parole.

Cependant la maîtresse nous a signalé qu'elles se battaient / se disputaient un peu en classe. Jusqu'à maintenant on nous disait qu'elles s'entendaient super bien et qu'aucune des deux ne prenait le dessus sur l'autre. Elles ne se battaient qu'à la maison. Nous en sommes donc venu à nous poser la question de devoir les séparer à l'école pour l'an prochain. Séparées dans la journée, elles prendront peut-être plus de plaisir à jouer ensemble sans se battre quand elles se retrouveront. Nous avons jusqu'à la fin de l'année pour y réfléchir et voir comment les choses évoluent.

A la maison, il y a beaucoup de bagarres. Aucune des deux ne domine l'autre. Je dirais qu'il y a des cycles. Tantôt l'une tantôt l'autre.
Elles sont très capricieuses, pleurnichent beaucoup et sont toujours dans nos basques. L'autonomie est difficile à acquérir. C'est dur de devenir grandes. "tu peux m'aider ?"
Elles sont aussi insolentes. Lyla plus qu'Inès. Nous avons le droit a de réels affrontements pour faire entendre raison. Quand on veut expliquer les choses, la raison d'une punition, une interdiction, elles rigolent bêtement en plongeant la tête dans l'oreiller, en regardant partout ailleurs sauf vers nous, en faisant des "tralalalalalalalatralalalalalalala" par dessus notre voix ... La petite adolescence dit-on ...

La sieste : elles ne la font plus. C'est même une source de colères. Même si ce n'est pas pour dormir, on leur demande de rester au calme en lisant un livre, écouter de la musique, ... au lieu de ça, elles se mettent à sauter sur les lits, jeter les oreillers dans la figure de l'autre, vider les caisses de jouets par terre (sans les ranger ensuite), crier, hurler, comme si elles se trouvaient dans la cour de récréation. Interdiction, explications vaines ...

Le coucher du soir : un calvaire pour nous. Après le pipi, la petite histoire, les câlins, les bisous, l'extinction des lumières ... elles sont debout au moindre prétexte :"j'ai encore soif", "je veux faire pipi", "encore un câlin", "je veux voir papa", "j'ai mal au petit doigt", ... certains soirs jusqu'à 22h30. Et ce n'est pas faute de les mettre au lit de bonne heure.

On parvient quand même à les mettre au lit plus tôt pendant les vacances et elles ne se lèvent pas aussi tôt que d'habitude. Elles dorment quand même un peu plus longtemps en ce moment. Et y'en a besoin pour tenir ensuite jusqu'à Noël.